Avoir un bon copain… en location sur la Toile

15 Oct
EasyFlirt, Parship, Match.com ou encore Meetic, les sites de rencontres amoureuses font florès sur la Toile. Trouver l’âme soeur sur Internet, rien de très original. Mais avoir un bon copain dans le cyberespace, telle est la nouvelle quête des internautes esseulés. « Il y avait un manque sur le marché. Personne n’offrait de l’amitié sur le Web », note Scott Rosenbaum, fondateur du site Rentafriend.com, implanté aux Etats-Unis, au Canada et depuis un mois tout juste, le 19 juillet, en Grande-Bretagne.Pour la modique somme de 20,40 euros mensuels ou de 57,20 euros annuels, Rent a Friend donne accès aux profils de 200 000 compagnons potentiels proches du domicile de l’abonné. Sept personnes ont pour l’instant ouvert un compte en France.

Précurseur de ce réseau d’amitié virtuel dans l’Hexagone, Weego, 35 ans, s’engage « à vous conduire dans cette ville merveilleuse qu’est Paris en allant dans des restaurants, des musées, des bars ou des magasins ». « Je peux organiser tout ce que vous souhaitez dans la capitale, promet votre futur ami, mais également arranger de courtes virées à la campagne. » Une telle rencontre se négocie outre-Atlantique entre 10 et 40 dollars de l’heure (entre 8 et 32 euros).

Pour le docteur Stéphane Clerget, coauteur de Comment avoir de vrais amis ? (Ed. Albin Michel, 2008), l’offre de Weego et des six autres compagnons potentiels ne correspond « évidemment pas à la notion correcte de l’amitié. Un ami s’inscrit dans la durée, il ne s’achète pas. Notez bien que toutes les relations sont contractualisées sauf l’amitié. »

Un lot de mille potes à 197 dollars

Pour fidéliser ses abonnés, Rent a Friend propose lui-même les activités à faire entre « amis ». « Beaucoup d’utilisateurs ont des compétences uniques. Ils peuvent vous apprendre un nouveau langage, vous faire partager un hobby comme l’art, la danse ou bien d’autres, vante le site Web. C’est aussi un excellent moyen pour rencontrer des individus de différentes cultures ou religions. »

C’est, en tout cas, une manière originale de lutter contre la solitude. Une étude menée par la Fondation de France, dévoilée le 1er juillet, estime que 4 millions de personnes ont moins de trois « contacts directs » par an, c’est-à-dire des interlocuteurs avec lesquels s’est engagée une conversation personnelle. Un Français sur dix avoue vivre seul, sans lien familial, ni professionnel, ni amical, ni associatif, poursuit l’étude. « Les individus aujourd’hui sont finalement très seuls. Les sites comme Rent a Friend jouent là-dessus. Ils proposent des amis, qui sont en fait de faux amis », relève Stéphane Clerget.

Evidemment, le sujet ne pouvait manquer d’avoir des prolongements sur les réseaux sociaux. Une entreprise australienne, uSocial.net, a senti la bonne affaire. Elle propose de vendre des « amis » Facebook : le pack de 1 000 potes coûte 197 dollars (153 euros). L’amitié, ça n’a pas de prix…

Michaël Bloch

Article paru dans Le Monde du 18/08/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :